Voir tous les articles du blog
Auteur Soad ABBOUD
Publié le 27 avril 2021

Le blog

Travailler chez Adista...

[ITW] Io Anna Monnier, ingénieure d’affaires

Io Anna Monnier est ingénieure d’affaires chez Adista depuis début 2021. Elle nous partage sa vision du métier en tant que femme dans l’IT, ce secteur encore majoritairement masculin mais où les femmes ont – et prennent – leur place.

Peux-tu décrire ton parcours professionnel ?

J’appréhende mon parcours professionnel de manière très intuitive, non pas comme une échelle à gravir comme on l’entend parfois mais plutôt une sorte de « supermarché des compétences et expériences ». Je fais en sorte de piocher les ingrédients nécessaires afin de m’enrichir en tant que professionnelle, mais aussi et surtout, en tant que personne. J’ai commencé comme alternante, puis Ingénieure Commerciale Grands Comptes chez Dell Technologies à Montpellier. A l’issue de ces deux années, j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et d’évoluer vers un rôle de Sales Specialist pour Dell Financial Services au Canada, à Toronto. A mon retour en France, je souhaitais intégrer une structure me permettant de me placer au plus proche des projets de transformation digitale chez nos clients.

Et c’est dans cet objectif que j’ai finalement intégré Adista !

Si tu devais expliquer ton métier à un enfant, comment t’y prendrais-tu ?

Si je devais vulgariser, je dirais que j’exerce aujourd’hui un métier-passion. Un métier-passion c’est un métier qui te plaît tellement qu’au final tu transfères autour de toi et dans ton travail, un peu de poussière de passion, aussi puissante qu’une baguette magique.

Aujourd’hui, j’ai la satisfaction de me sentir utile et je me lève chaque jour avec pour objectif d’écouter et de comprendre les entreprises et de les aider à créer leur propre baguette magique qui leur permettra d’atteindre leurs objectifs et réaliser leurs projets.

Comment as-tu eu l’idée de travailler dans cet univers à forte majorité masculine ?

Cela n’a pas été le fruit d’un choix délibéré, mais plutôt d’une opportunité. Lors de mes premiers mois d’alternance, il n’était vraiment pas écrit que je choisirais de poursuivre dans ce secteur. Mais, au fil des années, j’ai découvert que l’IT est un milieu en perpétuelle évolution, qui répond à des problématiques concrètes et complexes, ce qui matche parfaitement avec mon goût du challenge et mon profil polyvalent. Partant de ce constat, j’ai choisi d’affirmer ma légitimité.

As-tu rencontré des freins de la part de ton entourage, dans ton cursus universitaire, de tes collègues masculins ?

Je n’ai pas vraiment rencontré de freins « concrets » mais j’ai en revanche appris à évoluer en ayant parfois le sentiment de devoir faire doublement mes preuves vis-à-vis de mes homologues masculins. Avec l’impression d’être automatiquement catégorisée comme ayant certaines appétences, ou inversement certaines « limites », considérées comme « féminines » alors qu’il n’en était rien. Il était alors à ma charge de prouver le contraire.

L’univers des technologies et du numérique demeure encore très associé à la figure masculine. Comment l’expliques-tu ?

Sincèrement je ne l’explique pas car il n’y a pour moi aucune explication rationnelle à fournir à ce sujet. Il semblerait même, qu’historiquement, les femmes étaient déjà à l’origine d’un certain nombre de projets informatiques déterminants et ce, dès 1940.

En toute objectivité, je ne souhaite pas nécessairement que l’IT devienne un secteur parfaitement mixte. J’aimerais simplement que cela reste un secteur ouvert et respectueux, capable d’accueillir tous les talents, indépendamment de leur genre.

Les choses changent, les femmes ont accès à ces emplois auparavant réservés aux hommes, mais que peut-on faire pour que cela aille plus vite ?

En tant que femme dans l’IT, je ne souhaite pas être privilégiée sur un poste pour une question de quota, ni être défavorisée face à un candidat masculin. Je veux obtenir un poste, une gratification ou un contrat parce que j’ai su répondre aux attentes et me distinguer par mes compétences et mon savoir-être, sans qu’il ne soit question de mon enveloppe.

Aujourd’hui, je souhaiterais voir plus de communications positives et de retours d’expériences de collaborations fructueuses mixtes ( et diverses ! ) mettant en avant la force de la complémentarité en tant que levier de performance et d’équilibre au sein des entreprises. Il n’est pas ici question de favoriser qui que ce soit, ni de prendre la place de qui que ce soit, mais de donner autant de chance à toutes et tous.

 

Candidature - Rejoignez-nous !





    Aucun fichier sélectionné


    * Champs obligatoires

    Nos adistars...